Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Motion de censure :« Ce n’est qu’une rumeur », dixit Christine Razanamahasoa

    Des bruits ont couru depuis un certain temps, selon lesquels une motion de censure contre le gouvernement se trame au sein de l’Assemblée nationale. Les députés auraient même déjà collecté une cinquantaine de signatures, depuis le 11 novembre.
    Questionnée sur le sujet, la présidente de la Chambre basse, Christine Razana­mahasoa, a coupé court aux bruits de couloir. « Je n’ai pas encore vu cette pétition et il n’y a même aucune preuve de son existence », a-t-elle répondu, hier à Tsimbazaza, en marge de la rencontre avec la lauréate du prix Geoffroy-Dieudonné, un concours pour les fonctionnaires parlementaires.
    Pour elle, cela reste des rumeurs. « Mais si cette information est fondée, je ne suis pas encore au courant », a-t-elle souligné. Le numéro un de l’Assemblée nationale a précisé qu’une telle initiative est soumise à certaines procédures, notamment l’atteinte d’un quorum.
    Depuis quelques années, les rumeurs sur une motion de censure à l’Assemblée nationale sont très courantes. Pour l’heure, la Chambre basse ne semble pas adhérer à l’idée de censurer le gouvernement. Cependant, la session parlementaire ordinaire ne prendra fin que vers la mi-décembre. Les membres du Bureau permanent devraient d’ailleurs se réunir une troisième et dernière fois à partir du 6 décembre pour adopter le dernier ordre du jour.
    La présidente de la Chambre basse préfère ainsi se pencher sur les activités de son institution qui a récemment adopté le projet de Loi de finances pour 2022. « Le budget priorise le volet social de la population, mais nous tenons à remercier l’Etat pour avoir également augmenté le budget de l’Assemblée nationale. Nous avons été entendus », a-t-elle fait savoir.
    Contrairement à la société civile qui a dénoncé l’adoption à la va-vite du texte, Christine Razanamahasoa a tenu à préciser que le projet de loi n’a pris aucun retard et que les députés ont largement eu le temps de l’examiner.

    T.N

    Les commentaires sont fermées.