Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Chronique: LA PLACE EST ASSEZ GRANDE POUR TOUT LE MONDE

    La  vente de médicaments s’exerce sous différentes formesà  Madagascar. Cela va des officines de pharmacie jusqu’aux points de vente informels comme il en existe à Ambohipo (bien connus de tous) en passant  par les dépôts de  médicaments. C’est pour cette raison qu’il ne  faut plus s’étonner que les médicaments se vendent  même dans les épiceries (du moins en ce qui concerne les médicaments génériques). Pourtant, la vente de médicaments est une activité plus que délicate car c’est de la santé de la population dont il est question.

    Aujourd’hui, ce sont les dépôts de médicaments qui sont stigmatisés par les pharmaciens pour la simple raison  que ces dépôts se substituent aux pharmacies. En conséquence, en cas d’installation d’une nouvelle pharmacie, il y a interdiction  pour tout  dépôt de médicaments d’exercer dans un  rayon de  10  km.

    Pourtant, les dépôts de médicaments à Madagascar ont existé depuis les années 60. Alors pourquoi aujourd’hui cette remise en question de la coexistence entre les pharmacies et les dépôts de médicaments ?

    Bien évidemment, la réponse est simple : il y a conflit d’intérêt. Pourtant, il y a 1700 dépôts de médicaments  contre environ 200 pharmacies (pour les 1600 communes) dans tout Madagascar. Autrement dit, beaucoup de districts n’ont pas encore de pharmacie.

    Et  du point de vue de la santé publique, il n’y a rien à craindre car dans ces dépôts de médicaments, la liste des médicaments qu’ils peuvent vendre est limitée et cela doit toujours se faire sur la base d’une ordonnance délivrée par un médecin. Dans certaines pharmacies, le pharmacien n’est pas toujours sur place, en permanence. Et ce sont les agents de  comptoirs qui le remplacent. Or sur le plan technique, ces agents de  comptoirs ont  la même formation  que les  dépositaires.

    De toutes les façons, les représentants du ministère de la Santé (les médecins inspecteurs au niveau du district en l’occurrence) interviennent toujours que ce soit lors de la  constitution d’un dossier pour la création d’un dépôt de médicaments ou de l’établissement de la liste des médicaments à acheter auprès des grossistes.

    Comme ce sont des points de vente de médicaments de proximité, les dépôts de médicaments  aident  les populations éloignées des pharmacies. Par ailleurs, en raison de cette proximité, les usagers peuvent  parfois s’accorder avec les dépositaires pour le paiement échelonné et/ou différé des médicaments. Ce qui représente un grand  avantage pour une population  rurale dont les moyens financiers sont bien souvent limités.  Ce qui ne sera jamais le cas avec une pharmacie.

    Et pour toutes ces raisons, il faut considérer que la place est assez grande pour tout le monde.

    Aimé Andrianina

    Les commentaires sont fermées.