Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    La mémoire assez courte

    La mémoire assez courte

    Tous incidents, aussi minime soit-il, attise les conversations sur les réseaux sociaux actuellement. L’objectif étant de dénigrer les dirigeants en jetant sur eux la responsabilité pour des raisons bien connues évidemment. Rien n’échappe aux critiques et parfois certains n’hésitent pas à apporter de l’eau moulin si d’autres parlent pour rien dire dans l’objectif simplement de faire grand cas d’une chose insignifiante.
    Du changement climatique aux épidémies et autres évènements d’envergure planétaire. On impute tout, à tort ou à raison, aux dirigeants. L’affirmation gratuite entre dans les mœurs pour en faire porter le chapeau à son vis-à-vis dans des visées politiques nocives.
    La sécheresse, les inondations, les mauvaises récoltes, les épidémies, la famine… sont alors mises aux comptes de ceux qui ont eu le privilège de vaquer à la destinée de la nation. L’on navigue ainsi dans les vapes de l’inconscience et de l’infantilisation de la masse qui n’y voit que du feu, bombardée d’intox, dans la majorité des cas. La notion de politique définie en méthode de gestion de la cité perd peu à peu de sa valeur pour se réduire à de simple verbiage au vitriol destiné à démolir son adversaire au détriment du peuple censé être la poule aux œufs d’or devant approvisionner leur escarcelle.
    Les nostalgiques des gloires perdues, semblant ignorer leurs performances passées, constituent heureusement la majeure partie des férus de cette politique bâtarde, si l’on épluche les publications diffusées à tout vent dans l’espoir d’atteindre le maximum d’audimat. Ils ont oublié leurs exploits contrairement aux contribuables.

    Manou

    Les commentaires sont fermées.