Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Ida Pfeiffer: Voyage à Madagascar (169)

    Ces hommes étaient au nombre de huit cents, et la reine les avait mis sous les ordres du général en chef de l’armée pour lui construire une maison. On ne leur donnait ni salaire ni nourriture, et ils devaient encore chanter et se livrer à l’allégresse pour prouver à la reine qu’ils étaient heureux et contents de leur sort.

    Il y a quelques jours, j’avais vu des processions semblables beaucoup plus nombreuses. Elles étaient assurément de quinze cents hommes. Ils portaient du charbon de bois à la forge royale, où mille ouvriers fabriquent toutes sortes d’armes sous la direction de M. Laborde. Les forgerons, aussi bien que les charbonniers, ne reçoivent pas la moindre indemnité, et non seulement la reine demande à tous ses sujets de faire gratuitement tous ces travaux ; mais, quand l’État a quelque dépense considérable à faire, c’est encore le peuple qui doit fournir l’argent nécessaire. C’est ainsi que la reine, ayant fait venir de France en 1845 trente mille fusils qui coûtèrent cent quarante-huit mille écus, répartit entre le peuple la somme à payer. Les plus riches durent verser jusqu’à cinq cents écus ; et les plus pauvres, sans excepter les esclaves, furent obligés de payer leur contribution.

    11 juin. – Cette nuit, j’entendis quelque bruit et des pas légers dans notre maison. Je savais que, pendant la nuit, les conjurés devaient se rendre au palais. J’écoutai ; un vrai silence de mort régna pendant plusieurs heures, puis il retentit tout à coup de bruyants aboiements de chiens auxquels succédèrent des pas d’hommes précipités. Je frissonnai involontairement, et je pensai que l’entreprise avait échoué et que ces pas précipités étaient ceux d’un des fugitifs. En ce moment, je sentis combien il est infiniment plus pénible, en face d’un danger dont on est menacé, de demeurer passif et sans agir, que jouer soi-même un rôle actif et de le combattre.

    Je ne voulus pas quitter ma chambre pour ne pas montrer ma faiblesse, dans le cas où ce ne serait qu’une fausse alerte et pour ne pas arracher mes compagnons au sommeil.

    www.bibliothequemalgache.com

    Les commentaires sont fermées.