Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    CHRONIQUE: LA COURSE A LA VACCINATION

    Le taux de vaccination de la population est encore bien faible à Madagascar. Tout le monde le sait. Il y a deux catégories de personnes qui ne sont pas vaccinées : d’une part il y a ceux qui ont des difficultés pour  accéder au vaccin et de  l’autre, il  y a celles qui, volontairement, ne veulent pas se faire vacciner.

    C’est la première catégorie, c’est-à-dire, les personnes qui ont des difficultés pour accéder  au vaccin, qui constitue la plus grande partie des non-vaccinés. Cela s’explique par le fait que la plus grande partie de la population vit en milieu  rural .Et il va sans dire que l’accès aux centres de santé pour se faire vacciner présente y est difficile.

    Par contre, en milieu urbain, les centres de vaccination sont nombreux et relativement faciles d’accès. Mais beaucoup hésitent encore  à  se faire vacciner pour  une raison ou une autre. De toutes les façons, se faire vacciner ou non est un choix personnel. Et c’est le droit  inaliénable de chaque individu et il faut accepter sa décision et sa conviction.

    Ce qu’il faut comprendre, c’est que ceux qui refusent de se faire vacciner ne sont pas fondamentalement antivax,  mais ils sont inquiets des effets secondaires. Une fois qu’ona le vaccin dans le sang, on ne peut plus l’en soustraire. Or, selon eux, on n’a pas encore assez de recul sur les effets secondaires à long terme des vaccins, quelle qu’en soit la  marque.

    Le contenu de certaines  publications spécialisées semble leur donner raison. Le nombre d’effets secondaires du vaccin anti-covid ne ferait que  grimper : plus d’un million de cas ont été recensés seulement en Europe. Partout, les cas de péricardites et de myocardites (deux maladies cardiaques graves) post-vaccinales exploseraient depuis le lancement de la vaccination. Ces inflammations cardiaques  concerneraient  tous, sans distinction d’âge.

    Par ailleurs, tout au début de la campagne de vaccination, on avait affirmé que la vaccination immuniserait contre la  maladie sans préciser qu’il  faudrait  plusieurs  doses. Si dans de nombreux  pays européens, on est à la 3ème dose, en Israël par contre, on est déjà à la 4ème dose. C’est vraiment  la  course à qui administrera  le  plus grand nombre de doses.

     Et on ne  sait  pas encore jusqu’où  on ira car le manquement d’une seule dose suffira à faire d’un vacciné un non vacciné. Un médecin a même déclaré que, quand on vous inocule  un produit pharmaceutique plusieurs fois, il ne s’agit plus d’un vaccin mais d’un traitement. La question qui se pose est : Peut-on accorder une confiance totale aux géants de la pharmaceutique ?

    Aimé Andrianina

    Les commentaires sont fermées.