Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Pierre Holder Ramaholimasy: «La refonte de la liste électorale aura lieu cette année»

    Pierre Holder Ramaholimasy: «La refonte de la liste électorale aura lieu cette année»

    Les échéances électorales approchent à grands pas et les préparatifs devraient bientôt démarrer. De grandes réformes sont en cours et le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation (Mid) est déjà à pied d’œuvre. Dans une interview accordée à quelques organes de presse, le ministre Pierre Holder Ramaholimasy a annoncé une refonte de la liste électorale et le processus de remplacement des chefs de Fokontany.

    *Les Nouvelles : Nous venons d’entamer la nouvelle année, quelles sont les perspectives du Mid pour 2022 ?
    -Pierre Holder Ramaho­li­masy : Nous entamerons de nombreuses réformes cette année. Mais parmi les plus importantes, la réforme administrative. Il faut noter que bon nombre de citoyens n’ont ni copie ni autre document pouvant l’identifier administrativement. Ce qui les prive totalement de tous leurs droits. Un texte relatif à l’Etat civil a été récemment adopté, suivi de la mise en place du centre national de l’Etat civil et de l’identifiant. Très bientôt, nous procèderons à l’identification unique de chaque individu.

    *Et tout cela a un coût…

    La Banque mondiale a octroyé143 millions de dollars pour concrétiser ce projet qui rejoint les perspectives du président de la République. Chaque citoyen sera doté d’un code unique qui permettra de l’identifier au niveau de tous les services. Une fois ce projet en place, tous les citoyens pourront jouir de leur droit sur le territoire national, dont la nationalité et la participation aux élections.

    *Quel est-il l’organe chargé de mener ce projet ?
    Le pilotage du projet incombe à la Ceni, mais le Mid aura sa part de responsabilité. De nombreux acteurs participeront également à la réalisation de cette refonte de la liste électorale, depuis l’Administration centrale jusqu’aux Fokontany. L’essentiel est que la liste électorale soit fiable en vue des échéances électorales de 2023. Il y a toujours eu des doublons ou des personnes qui ne sont pas inscrites dans la liste. Voilà l’occasion d’y remédier et nous appelons tous les citoyens à se prêter main-forte pour la réalisation du projet.

    *Et les chefs de Fokon­tany ?
    -De nombreux chefs de Fokontany ont quitté leur poste, certains sont en place depuis trop longtemps et d’autres n’arrivent pas à assumer leur responsabilité. Une mise à jour est nécessaire et les chefs de Fokontany doivent être remplacés. Il faut noter qu’ils feront partie des principaux acteurs dans la refonte de la liste électorale, compte tenu de leur proximité avec les citoyens. Nous enclencherons donc très prochainement le processus de leur remplacement.

    *Seront-ils nommés ou élus ?
    – Il est toujours important de se référer aux textes. Ces derniers stipulent que la désignation du chef de fokontany a lieu après la tenue d’une assemblée générale du Fokonolona. Il ne sera pas ici question de parachuter des noms venant des chefs de Districts ou autres responsables des localités, même si dans certains cas, la population n’y voit pas d’inconvénients. Tout se fera conformément à la loi».
    *En matière de décentralisation, le Mid a-t-il des projets pour cette année ?
    -La décentralisation est au cœur du développement et elle figure parmi les priorités du chef de l’Etat. Nous avons énormément de projets relatifs à la décentralisation. Certains sont pilotés par le Mid tandis que d’autres sont en collaboration avec d’autres ministères. Le développement du Sud de l’île en fait partie. Après les 100 millions de dollars obtenu en juillet, nous avons obtenu 100 autres millions vers la fin de l’année. Ce qui en fait 200 millions de dollars pour le projet Sud mis en œuvre avec les ministères de l’Economie, de l’Agriculture, de l’Eau et de l’Environ­nement. Le projet Pôle intégré de croissance (Pic 2) est également au programme, suivi du Pic 3 qui concernera 9 régions et financé à hauteur de 150 millions de dollars.
    Concernant le Fonds pour le développement local (FDL), il est passé à 25 millions d’ariary par an et par commune contre 15 millions d’ariary auparavant. Les communes les plus vulnérables bénéficieront d’autres soutiens de l’Etat. A cela s’ajoute la somme de 10 milliards d’ariary octroyée par le président de la République depuis l’année passée jusqu’en 2023. Pour les régions, les 2 milliards d’ariary par an sont maintenus en plus des 5 engins par région pour la construction de routes.

    Propos recueillis par Tahina Navalona

    Les commentaires sont fermées.