Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Ida Pfeiffer: Voyage à Madagascar (172)

    Qui eût jamais pensé que je serais appelée un jour à la cour d’une reine pour donner un concert, et à l’âge de soixante ans, quand je pianotais plus mal que ne font chez nous les enfants qui ont eu à peine quelques mois de leçons ! Mais, quand on mène à travers le monde une vie aventureuse, on se trouve souvent dans les positions les plus étranges, et on doit être préparé à tout.

    Je forçai à grand’peine mes vieux doigts raides à faire des gammes et des exercices ; j’appris quelques valses et quelques airs de danse faciles et agréables, et, ainsi préparée, j’osai affronter le jugement des sévères Aristarques de Madagascar. Du reste, cette invitation me fit grand plaisir, car j’espérais, à cette occasion, être introduite dans l’intérieur des appartements du palais et avoir le bonheur inappréciable de pouvoir enfin contempler de près Sa Majesté.

    Comme M. Lambert était retenu au lit par la fièvre, les deux ecclésiastiques m’accompagnèrent jusqu’au palais de la reine. Quand nous pénétrâmes dans l’intérieur de la cour, oh ! amère déception ! nous trouvâmes la reine déjà assise à son balcon. C’en était fait de mes belles espérances de parvenir jusque dans le palais, et je ne me sentais pas moins blessée dans mon amour-propre d’artiste. Je craignais d’être traitée comme une musicienne des rues et d’être obligée de jouer en bas dans la cour.

    Sans aller cependant tout à fait jusque-là, les choses allèrent toujours assez loin pour me faire sentir la grande distance qu’il y avait entre mon humble personne et la toute-puissante souveraine. Cette femme altière et orgueilleuse semble se croire sérieusement un être surnaturel, supérieur au reste des hommes, et elle craindrait de déroger à sa dignité en accordant à un étranger d’être admis en sa présence immédiate. La reine a fait une exception unique pour M. Lambert quand il vint, il y a deux ans, pour la première fois à Tananarive, et elle ne lui a pas seulement accordé l’accès dans l’intérieur du palais, mais elle a même daigné lui permettre de l’accompagner dans un petit voyage.

    www.bibliothequemalgache.com

    Les commentaires sont fermées.