Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Marché du gaz domestique : les autorités effectuent un contrôle inopiné

    Marché du gaz domestique : les autorités effectuent un contrôle inopiné

    Des plaintes relatives aux irrégularités sur le gaz domestique en vente sur le marché, ont conduit les agents du commerce à effectuer des contrôles inopinés sur le marché de la capitale, hier. Aucune infraction n’a été relevée au niveau des distributeurs à Behoririka et Ankadifotsy.

    L’équipe du ministère de l’Industrialisation, du commerce et de la consommation (MICC) a effectué une descente inopinée au niveau de quelques revendeurs de gaz butane dans la capitale pour contrôler les prix et le poids du gaz. Cette action fait suite à des plaintes sur des irrégularités des bouteilles de gaz en vente sur le marché.
    « Le contrôle du marché fait partie des fonctions du ministère. Environ 400 agents sillonnent régulièrement les marchés pour contrôler les prix et la qualité des produits », a avancé Naina Randriama­nanjara, le directeur général du commerce et de la consommation auprès du MICC durant la descente d’hier à Behoririka et Anka­difotsy à laquelle aucune infraction n’a été relevée.
    Depuis décembre, le prix du gaz butane est revenu à celui du mois de mars après une négociation entre l’Etat et le distributeur Vitogaz. Une bouteille de 9 kg s’achète à 51.800 ariary et celle de 12 kilos, à 72.000 ariary. Une révision à la hausse est toutefois envisagée à partir de cette année en raison de la forte hausse de ce produit sur le marché international.

    Engouement des consommateurs

    Pour l’heure, les vendeurs dans la capitale constatent un en­goue­ment pour l’achat de ce produit depuis la baisse des prix. « Nous écoulons facilement toutes les bouteilles tous les jours depuis décembre. Il arrive où nos stocks sont écoulés durant la matinée et les usagers sont contraints d’attendre les nouvelles commandes auprès des fournisseurs », a indiqué Haritiana Murielle, responsable commerciale auprès de la station Shell de Behoririka.
    Pour rappel, la révision à la baisse du prix du gaz butane en mars 2021 après la baisse significative de la TVA sur ce produit à 5% au lieu de 20%, avait pour objectif d’augmenter sa consommation car il a moins d’impact sur l’environnement que le charbon de bois. Mais une hausse soudaine de 16% de son prix a été appliquée en octobre 2021 en raison de l’envolée du prix à l’international. Les négociations engagées par le MICC ont abouti au prix actuel du gaz butane.

    Riana R.

    Les commentaires sont fermées.