Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Création d’une entreprise et entrepreneuriat: Etre accompagné, une nécessité !

    Création d’une entreprise et entrepreneuriat: Etre accompagné, une nécessité !

    Le Jeudi de l’entrepreneuriat a donné la parole à Hony Radert, fondatrice de Sambalia, Gaël Rabarijoana, co-fondateur et directeur du département de la Communication d’Apiqa communication, et Vazosoa Rakotondrabary, manager de l’Affinée Fromagerie.
    L’après-midi a été axé sur “La nécessité d’avoir un bon accompagnement pour développer son entreprise”. D’après les statistiques, plus de la moitié des entreprises mettent effectivement la clé sous la porte la même année de leur création. Partant de ce constat, les invités, accompagnés actuellement par le Programme entrepreneuriat de l’ambassade de France, ont partagé leur expérience à une assistance composée essentiellement de jeunes étudiants portés vers l’entrepreneuriat, de jeunes porteurs de projets, d’entrepreneurs…
    Pour Hony Radert, le fait d’aborder un nouveau domaine, à savoir le zéro déchet, l’a incité à solliciter l’accompagnement du programme. “C’est nécessaire pour mieux cadrer les projets et ne pas faire les mêmes erreurs qu’avant. Il faut apprendre à avancer plus surement avec de bonnes bases. Grâce au Programme entrepreneuriat de l’ambassade de France, j’ai pu renforcer mes compétences en gestion de ressources humaines” explique-t-elle.
    Pour Gaël Rabarijaona, la dynamisation des activités d’Apika communication, qui existe depuis onze ans, l’a convaincu d’adhérer au programme. “Nous nous sommes trouvées dans une situation dans laquelle nous stagnions. Nous maitrisons ce que nous faisons, mais nous n’arrivons pas à conquérir de nouveaux marchés et à se réinventer. Puis nous sommes tombés sur la formation” partage-t-il. Enfin, l’envie de grandir a été la principale motivation pour l’Affinée Fromagerie. “Je suis ingénieur de formation. Je ne dispose donc pas de formation en management et en entrepreneuriat. J’avais un grand besoin de consolider mes acquis, apprendre de nouvelles choses pour mieux structurer mon entreprise”, confie Vazosoa Rakotondrabary.

    A votre avis, pourquoi les gens n’arrivent-ils pas à pérenniser leur entreprise ?
    Hony Radert : “Personnellement, j’ai déjà vécu cette situation quand j’ai mis en place mon projet de vente en ligne. Je n’ai pas pu bénéficier de l’appui des financeurs et j’avais un problème de trésorerie. Après, les investisseurs sont frileux et ne veulent pas investir dans quelque chose à laquelle ils ne croient pas (…). Il faut de l’accompagnement pour améliorer l’idée et trouver les financements nécessaires si besoin. J’avais aussi des soucis du côté administratif, concernant notamment les impôts. Il faut connaitre le fonctionnement du système. Oui, c’est important d’être accompagné pour bien aborder les différents aspects de l’entrepreneuriat”.

    Gaël Rabarijaona : “En tant que Malgache, nous avons toujours en nous cette grande passion et nous sommes très émotifs. Nous nous disons souvent qu’il vaut mieux faire quelque chose que nous aimons. C’est cette passion-là qui nous a amenés à créer une entreprise. Après, quand nous sommes trop passionnés, il peut nous arriver de ne pas savoir gérer les situations compliquées. C’est très important d’avoir un accompagnement pour faire face à tout cela. Il faut également savoir canaliser les passions”.

    Vazosoa Rakotondrabary : “Toute est basée sur la prise de décision. Quand nous voulons créer une entreprise, cela doit être une décision murement réfléchie et ne doit pas se baser sur l’émotionnel. L’idée peut venir d’un coup, mais il faut par la suite la transformer en projet, bien connaitre les objectifs, bien étudier le parcours… Pour être un entrepreneur, il faut surtout avoir une force de caractère, car c’est beaucoup de travail : il faut être endurant, patient et passionné. Entreprendre c’est toute une aventure. Et, il faut accepter aussi que l’argent ne vienne pas tout de suite.”

    Tiana Ramanoelina

    Les commentaires sont fermées.