Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Naina Andriantsitohaina: « Tout est prioritaire dans la capitale »

    Naina Andriantsitohaina: « Tout est prioritaire dans la capitale »

    A mi-mandat, le maire Naina Andriantsitohaina, a passé en revue les différentes actions de la Commune urbaine d’Antananarivo et la situation en générale dans la capitale, lors de l’émission « Zakay Arik’Aro », sur TV Plus Madagascar hier. Il se projete déjà en 2023 tout en soulignant qu’il y a encore beaucoup à faire dans la capitale. Et tout est prioritaire.

    Comment faire marcher une machine restée en léthargie depuis des années ? C’est le défi auquel le maire Naina Andriantsitohaina à accepter de relever, lors de la présentation de sa candidature en 2019. Dès sa prise de fonction, le premier magistrat de la capitale et ses collaborateurs  s’attaquent ainsi à des défis titanesques.

    « Tout est prioritaire durant ces deux années (…), aussi bien des actions en faveur de la santé de proximité que des curages des canaux, l’électrification… », a-t-il déclaré.

    Face au journaliste Abraham Razafy, qui avait pour l’occasion rapporté les commentaires et l’opinion des internautes relatifs à la gestion de la capitale, notamment la gestion des ordures, la circulation ou encore l’état délabré de certains axes routiers, le maire ne cherche pas d’excuses. Il estime néanmoins qu’Antananarivo a perdu beaucoup trop de temps. A titre d’exemple, le dernier recensement des habitations date de 1997. Du coup, la Commune fait l’objet de reproche à chaque fois qu’elle mène des initiatives pour faire bouger les lignes en matière de taxe d’habitation.

    Pour cause, le projet financé par des partenaires techniques de la CUA a permis de révéler l’existence d’une centaine de maisons  non répertoriées auparavant. Cette démarche vise par ailleurs à réajuster l’impôt sur l’habitation qui date déjà d’une autre époque.

    Bureau de doléances

    La Commune urbaine d’Antananarivo accorde un intérêt particulier aux réclamations et doléances des usagers. En collaboration avec le Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’Etat de droit (HCDDED), elle a mis en place un bureau de doléances. Selon le maire, jusqu’ici, près de 400 plaintes ont été déjà reçues.

    Toujours est-il que la mairie entend répondre à toutes ces sollicitations en examinant chaque situation. Pour autant, « S’il n’y a pas d’impôts, nous ne pouvons pas avancer », a soutenu le maire. Sans cette ressource, la commune ne pourra pas s’atteler à la construction et à la réhabilitation des infrastructures routières, entre autres.

    Sur ce point, le maire Andriantsitohaina reconnait que la situation n’est pas du tout facile pour les usagers de la route, notamment durant la saison des pluies, mais que chacun doit faire un effort pour que la commune dispose des moyens pour les réhabiliter.

    Concernant la gestion de la circulation, le maire a souligné qu’il est important de respecter la loi. C’est dans cet esprit que la commune a opté pour les taquets d’arrêt, afin de rappeler rappeler à l’ordre les usagers et de pallier les dérives.  Les agents  surveillant la voie publique sont d’ailleurs là pour rappeler ces règles. Il en est de même pour les responsables au niveau des établissements scolaires qui doivent aussi contribuer à fluidifier la circulation au niveau de leur zone.

    Projet téléphérique

    Selon les explications du premier magistrat de la CUA, la concrétisation de différents projets de circulation vise justement à relever ce défi, dont les trains urbain, le transport par câble ou encore l’amélioration des conditions de l’octroi de licence aux transports en commun.

    Naina Andriantsitohaina n’a pas manqué de souligner l’importance du projet téléphérique. Selon lui, non seulement ce projet est écologique mais il permet aussi d’économiser de l’espace. Par rapport aux autres transports, le téléphérique semble plus confortable. En tout cas, tous ces projets sont liés et c’est leur réussite qui permettra de réguler les difficultés liées à la circulation et au transport dans la capitale.

    « Ce sont des initiatives qui ont dû être menées depuis une dizaine d’année et on ne peut pas le faire en une journée (…). Dès que cela aboutira, nous ne regretterons pas », a-t-il rassuré.

    Quoi qu’il en soit, la CUA fait également face à des difficultés dans la réalisation de ses ambitions, comme la lenteur des procédures à suivre au niveau de l’administration, la situation sanitaire ou encore la vétusté du matériel, notamment de ramassage des ordures, de l’ordre de  600 à 1000 tonnes par jour, durant la saison des pluies. La commune urbaine d’Antananarivo veut d’ailleurs mo­biliser les partenaires, tels que le Japon qui s’est déjà manifesté, pour l’accompagner dans ce domaine.   

    J.P

    Candidat en 2023
    Sans détour. L’actuel maire a annoncé qu’il sera candidat à sa propre succession en 2023. Une prise de position qui met fin aux supputations de certains sur une éventuelle visée à la présidentielle et qui pose les nouveaux jalons vers ce deuxième mandat. Après avoir mis en place la fondation basée notamment sur les recensements et les différentes procédures, le maire priorisera plus les volets social et infrastructure. 

    Les commentaires sont fermées.