Victoire sur le fil des Ankoay filles sur les Tanzaniennes

Les Ankoay filles ont battu l’équipe tanzanienne in extremis (61-58), hier au gymnase Vato­fotsy Antsirabe et se qualifient pour les demi-finales de l’Afrobasket U18. Elles y défieront les Egyptiennes, tenantes du titre et mondialistes.

Gros ouf de soulagement pour les Ankoay filles ! Face aux Tan­zaniennes, hier au gymnase Vatofotsy An­tsirabe, les protégées de Bayard Raza­fin­dralambo ont arraché leur ticket pour les demi-finales de l’Afrobasket U18, grâce à une victoire sur le fil (61-58).

D’entrée, les Ankoay ont fait bonne impression. Dès le tout début du premier quart-temps, elles ont pris le match en main devant les Tanza­niennes malmenées au score (15 à 10). Marion Fitia Raso­lofoson a marqué le plus de tirs à trois points, permettant à Madagascar de faire de la différence. Dominées, les Tanzaniennes ont du mal à suivre le rythme imposé par les Malagasy qui ont déjà leur qualification en poche, après la mi-temps (26 à 19).  Bien menée par la capitaine Taratriniaina Murielle Erica Ramahatra, la bande, en feu sur le parquet, est bien rentrée dans son match.

A la reprise, on s’attendait à ce que les Ankoay ne lâchent pas prise, mais les Tanzaniennes ont connu un sursaut d’orgueil. Ces dernières ont réussi à renverser la vapeur et commencé même à prendre l’avantage au score. Au retour des vestiaires, les Tanzaniennes ont manifesté leur volonté de dominer le match en menant 7 à rien avant de s’imposer par 42 à 38 à l’issu du 3e quart temps. La rencontre a été très serrée. Les Malagasy déterminées à faire figure de proue dans le carré d’as, ne sont pas laissées faire pour coller au score,

Bonheur

A un moment donné de la rencontre, le match a pris une autre tournure aux dépens des Malagasy qui ont bataillé bec et ongle jusqu’au bout. A deux reprises, elles ont réussi à égaliser, 55-55 puis 56-56 sans pourtant réussir à prendre le large. Et il a fallu attendre les dernières minutes pour voir les Ankoay ravir in extremis la victoire tant attendue.

Le coach a été le premier à se réjouir. Il n’a pas caché sa joie. « C’était un match plein de suspense jusqu’au bout. Je ne sais quoi dire pour exprimer ma joie. Atteindre le carré d’As d’une joute africaine, est déjà un exploit pour les filles », s’est-il éclaté.

Les Ankoay ont gagné la bataille, mais pas la guerre. Elles croiseront le fer contre les mondialistes égyptiennes, tenantes du titre et sept fois championnes d’Afrique, cet après-midi en demi-finales. Elles ont écarté les Al­gériennes sur le score de 98 à 44, hier en quarts de finale.

« La formation égyptienne est un très gros morceau. Elle est très forte, notamment avec ses joueuses très costaud. Elle domine certes la discipline avec sept titres africains, mais le match n’est pas perdu d’avance. Nous allons essayer de montrer un visage plus conquérant. Une victoire face à cette équipe sera grandiose », a conclu Bayard Razafindralambo.

Soafara Pharlin