Conjoncture: la crise freine la création d’entreprises

La création d’entreprises formelles sur le territoire national, n’a pas connu d’accélération significative, depuis le début de l’année. Seuls les établissements individuels connaissent une légère croissance de 10% par rapport à l’an passé. Après deux années de crise sanitaire, le contexte n’est pas encore favorable aux entrepreneurs et porteurs de projets.

Les indicateurs ne sont pas favorables à l’entrepreneuriat à Mada­gascar, à en croire les derniers chiffres publiés par l’Instat. Néanmoins, le nombre d’entreprises nouvellement créées sur le territoire national, a connu une légère hausse durant le premier semestre de l’année 2022, par rapport à l’année 2021 sur la même période. 11.348 établissements formels ont vu le jour durant les six premiers mois de cette année contre 11.166 en 2021, soit une hausse de seulement 1,6% en variation annuelle.

A vrai dire, la création de nouvelles entreprises individuelles, est à l’origine de cette croissance, dont 10.893 créées entre janvier et juin 2022, si elles étaient 9.819 en 2021 sur la même période. La création des sociétés anonymes et des SARL, quant à elles, ont baissé respectivement de 77,8% et 72% durant la période étudiée.

Contexte difficile

Seules 10 nouvelles sociétés anonymes ont été créées durant le premier semestre 2022 si elles étaient 45 l’an passé. En outre, 180 entreprises SARL sont nouvellement créées cette année, contre 642 en 2021.

Ce faible taux de création d’entreprise à Madagascar est parmi les conséquences de deux années de crise marquées par l’épidémie de Covid-19 et le contexte international qui n’est pas encore propice aux investissements.

 Selon toujours les données de l’Instat, l’entrepreneuriat dans l’ensemble des trois secteurs d’activités, a connu un ralentissement durant le premier semestre 2022. La création d’établissements formels dans le secteur primaire a reculé de 32%, 25% dans le secteur secondaire et 11% dans le secteur tertiaire,

R.R.